You are here

Airbus fait appel aux pompes à vide de Busch pour son site de Bouguenais

News International-French

23 Jun 2016

L'usine de Bouguenais fabrique tous les tronçons centraux (jonction des ailes et du fuselage) et depuis peu les entrées d'air des réacteurs de la plupart des Airbus, ainsi que les ailerons de l'A380.

Airbus Bouguenais, l’un des trois principaux sites de construction d’Airbus en France
Basée à quelques kilomètres au sud de Nantes depuis 1936, l’usine Airbus Bouguenais demeure aujourd’hui l’un des principaux sites de construction des avions du constructeur français, avec ceux de Toulouse et de Saint-Nazaire. Les trois usines sont complémentaires: chaque site de production s’est ainsi spécialisé dans l’élaboration de certaines parties des avions.

L'usine de Bouguenais fabrique tous les tronçons centraux (jonction des ailes et du fuselage) et depuis peu les entrées d'air des réacteurs de la plupart des Airbus, ainsi que les ailerons de l'A380. Les chaînes d'assemblage final des appareils Airbus sont basées sur les sites de Toulouse, Hambourg en Allemagne, Séville en Espagne, Tiangin en Chine et depuis peu à Mobile (Etats-Unis) tandis que le site de production de Saint-Nazaire prend en charge assemblage et équipements des parties avant des appareils.

L'usine de Bouguenais compte actuellement 2 800 employés, et environ 400 sous-traitants supplémentaires.

Le choix de Busch
Pour réaliser les pièces de structure des tronçons centraux de ses appareils, Airbus utilise notamment de l'aluminium et beaucoup de matériaux composites - tels que la fibre de carbone en pré-imprégné –, qui se développent dans la fabrication des avions et permettent de réduire la masse à vide de près de 30%. La méthode consiste à superposer plusieurs dizaines de couches de ces matériaux et à les plaquer en tirant par le vide avant usinage, afin de fixer les couches entre elles, et ainsi constituer des panneaux d'une extrême robustesse. C'est pour répondre au besoin de «vide régulé» lors de cette étape du plaquage qu’Airbus a fait appel à l'expertise de Busch, qui développe et distribue des pompes à vide depuis plus de 50 ans.

Les systèmes de vide, à technologie dite sèche, investis pour la fabrication du nouvel avion Airbus A350 en 2009, ne répondaient plus aux besoins de la chaîne de production. Airbus a donc choisi de consulter Busch en 2014 afin de trouver une solution en adéquation avec ses exigences.

«Nous avons décidé de consulter la société Busch parce que nous avions déjà eu l’occasion de travailler avec eux par le passé, et que nous avions été satisfaits de leurs systèmes de vide», explique Gérard Bachelier Chargé d'Affaires Maintenance Infrastructure chez Airbus à Bouguenais.

Airbus s'est donc rapproché de Busch, un partenaire depuis plus de 20 ans, pour répondre à ses problématiques et bénéficier de solutions fiables. Au cours de la visite d'une usine pharmaceutique organisée par Busch, Monsieur Bachelier et ses collaborateurs ont pu constater l'efficacité des pompes à vide qui correspondaient à leurs besoins. Le retour d’expérience direct dont ils ont bénéficié ce jour-là de la part d’utilisateurs réguliers les a définitivement convaincus d'accorder leur confiance à Busch. Entre fin 2014 et début 2015, l'usine de Bouguenais s'équipe donc de 2 pompes à vide sèches à vis COBRA et de 4 pompes à vide rotatives à palettes R 5 (R 5 RA 0400 – 0630 C).

Spécifiquement conçues pour les applications industrielles qui nécessitent une extraction d’air fiable et sans risque de contamination, les pompes à vide sèches à vis COBRA proposent un bon rendement, de l’ordre de 100 à 2000 m3/h, et atteignent un niveau de vide très bas – 0,01-1,0 hPa (mbar). Ces performances parmi les meilleures du marché sont associées à un gain non négligeable en termes d’énergie et de coût.

Le principe de la pompe à vide sèche – c’est-à-dire sans huile – présente l’avantage de préserver les composants et réduit considérablement les besoins de maintenance et les frais d’entretien éventuels. Les matériels Busch sont dotés de systèmes de refroidissement très sophistiqués, par air et non par eau, répondant ainsi à une autre exigence d’Airbus – «l’eau a tendance à se charger et à boucher les canalisations», précise M. Bachelier. Lors de l'installation des pompes à vide et selon le souhait d’Airbus, Busch a également ainsi mis en place des filtres à particules afin de protéger toutes les pompes à vide. Enfin, le vide «sec» est également plus écologique, puisqu’il évite toute contamination liée au lubrificateur et diminue considérablement les effluents.

Plus d'informations: www.busch.fr