You are here

Bertin Technologies conçoit une hydrolienne fluviale

News International-French

8 Apr 2016

Inaugurée sur l’Adour à Bayonne en novembre dernier, l’hydrolienne Urabaila conçue par la SRC Bertin technologies produit de l’électricité en utilisant le courant des fleuves ou des marées en estuaire.

Les innovations technologiques qu’elle intègre et la robustesse de sa conception lui permettent une exploitation bidirectionnelle des courants, une maintenance simple et une implantation dans des sites à fort courant.

Urabaila est issue d’un projet collaboratif soutenu financièrement par l’Etat, les régions Aquitaine et PACA et des structures territoriales locales de chacune des deux régions. Il a pour objectif de développer une hydrolienne fluviale ou estuarienne de 18 kW et d’étudier son déploiement. Bertin Technologies, concepteur, maître d’œuvre et d’ouvrage, a développé ce prototype en seulement deux ans (début des travaux en mars 2013), en partenariat avec des entreprises et laboratoires spécialisés en région Aquitaine (Energie de la Lune, Grand Port Maritime de Bordeaux, ICnergie, Cerenis, EPOC) et en région PACA (UFO Boat, K-epsilon, M2P2).

L’hydrolienne restera sur l’Adour jusqu’à fin mars 2016 pour des tests de qualification (rendement, robustesse, production) mais aussi des tests de cohabitation avec les activités de pêche professionnelle et de navigation.

L’étude de conception a conduit au principe d’une barge flottante sur laquelle sont installées deux turbines à axe vertical de type Darrieus, d’une hauteur de 3 mètres chacune.

En production, les turbines sont en position verticale sous l’eau. Elles pivotent et se mettent en position horizontale sur la plate-forme pour faciliter les phases d’entretien et maintenance. Chaque turbine est constituée de pales verticales, prenant l’allure d’ailes d’avion. Le moteur du système est la vitesse du courant qui peut s’écouler dans les deux sens, d’où la dénomination d’hydrolienne «à flux transverse». La puissance produite est proportionnelle au cube de la vitesse du courant qui passe dans les turbines.

Le projet inclut également l’identification et la cartographie des sites favorables au développement de la filière à l’international.

La solution ouvre la perspective de produire de l’électricité dans des pays dépendants de coûts d’accès à l’électricité élevés. D’ores et déjà, le projet a permis de développer une filière hydrolienne en Aquitaine.

Plus d'informations: www.asrc.fr