You are here

Bilan 2010 de l’Industrie Aéronautique, Spatiale, d’Electronique de Défense et de Sécurité Française

News International-French

13 Jul 2011

Jean-Paul HERTEMAN, président du GIFAS, a présenté le 6 avril les résultats 2010 de l’Industrie Aéronautique, Spatiale, d’Electronique de Défense et de Sécurité Française, en rappelant tout d’abord que ce secteur est un pôle d’excellence de l’économie nationale.

 « Nous sommes le premier secteur exportateur et le premier aussi en terme d’excédent commercial, avec près de 18 Md€ apportés à la balance commerciale française. Nous consacrons 15% de notre chiffre d’affaires à la Recherche et au Développement avec de nombreuses retombées pour les autres secteurs industriels et, chaque année, nous investissons 1 Md€ dans l’appareil de production sur le territoire national. Enfin, en terme d’emploi, malgré la crise, nous recrutons : 8 000 embauches en 2010, 27 000 depuis 2008 ».

Les résultats 2010 de la profession indiquent une industrie en phase de reprise, même si les effets de la crise ne sont pas totalement effacés.

Le chiffre d’affaires non consolidé est en légère progression à 36,8 Md€ (+3,5% à périmètre constant) avec un pourcentage à l’exportation qui est toujours très important (73% du chiffre d’affaires consolidé) grâce notamment aux activités civiles.

Les commandes enregistrées en 2010 sont en forte progression (+27%) à 42,9 Md€ grâce à la dynamique du transport aérien. Le secteur civil représente en effet 71% de ces commandes. Pour la 17ème année consécutive, le montant des commandes est supérieur au chiffre d’affaires et le carnet de commandes global est équivalent à quatre années de production.

Dans le domaine spécifique des activités spatiales, on enregistre une quasi-stabilité du chiffre d’affaires à 4,2 Md€ (-2%), avec une forte dépendance au marché commercial très concurrentiel et une progression du secteur Défense, mais dont la part reste faible dans l’activité globale.

Le secteur enregistre des succès à l’exportation dans les télécommunications et le succès d’Ariane 5 continue avec 6 lancements en 2010, 41 succès d’affilée et le 200ème tir en février avec l’ATV2.

Pour les équipementiers, la reprise se précise en 2010. Si le chiffre d’affaires est en légère baisse à 9,2 Md€ (-4,8%), les prises de commandes sont en forte croissance à 10,6Md€ (+34%) tirées par l’aéronautique civile, ce qui annonce une amélioration de la situation pour ce secteur.

Le président du GIFAS souligne le comportement solidaire des maîtres d’oeuvre avec leurs fournisseurs et sous-traitants, l’intervention efficace de l’Etat en faveur des PME et la volonté des maîtres d’oeuvre de consolider la chaîne d’approvisionnement en favorisant le regroupement de PME pour en faire des entreprises de taille intermédiaire (ETI). Ces actions ont contribué à limiter les effets de la crise pour les équipementiers.

Les effectifs sont de 157 000 salariés en 2010. Les embauches ont augmenté avec 8 000 personnes recrutées en 2010, dont 52% d’ingénieurs et cadres hautement qualifiés.  L’intérim repart avec 7 000 emplois équivalent temps plein. La profession continuera à embaucher en 2011 avec une prévision de 8 000 recrutements.

Pour l’avenir, le président du GIFAS estime que la profession doit répondre à trois grands enjeux :

  • la maîtrise des technologies du futur avec des ruptures technologiques fortes à l’horizon 2030/2040 dans tous les domaines : aérodynamique, propulsion, système de vol, gestion du trafic aérien, afin de répondre au développement du transport, aux exigences des compagnies aériennes, aux règles environnementales et à l’augmentation du prix du pétrole.
  • l’emploi, conséquence de l’enjeu technologique, avec des besoins en personnels qualifiés de haut niveau, de nouvelles compétences, des bureaux d’étude à développer et par voie de conséquence, des débouchés attractifs pour les jeunes ingénieurs et techniciens. La profession est mobilisée pour créer de nouvelles filières de formation qui répondent notamment aux besoins de la Supply chain. Enfin, l’emploi et la pérennité des compétences sont le thème central des travaux du Comité Stratégique de la Filière Aéronautique.
  • aller chercher la croissance dans le monde entier. De nombreux pays se dotent d’une industrie aéronautique et offrent des opportunités de développement pour l’industrie française. Les implantations locales, notamment dans les pays émergents, deviennent une nécessité commerciale. Les équipementiers français développent leurs actions internationales pour participer à de grands programmes étrangers, ce qui accroît leur compétitivité. Condition indispensable de la croissance, cette internationalisation va de pair avec le renforcement de la filière industrielle aérospatiale sur le territoire national.


Il a conclu en donnant rendez-vous au Salon du Bourget dont la 49ème édition se tiendra du 20 au 26 juin 2011. Ce sera le salon de la reprise avec 2 000 exposants inscrits, 42 pays présents, 150 appareils, toutes les surfaces d’exposition louées depuis le début de cette année et un parc d’exposition rénové. Le Salon du Bourget confirme une fois de plus sa place de numéro un mondial des salons aérospatiaux.

 

Plus d'informations