You are here

Confirmation des trois projets éoliens en mer de Fécamp, Courseulles-sur-Mer et Saint-Nazaire

News International-French

5 Jul 2018

Emmanuel Macron a confirmé les trois projets éoliens en mer de Fécamp, Courseulles-sur-Mer et Saint-Nazaire que sa filiale EDF Energies Nouvelles développe avec ses partenaires Enbridge et WPD.

A l’issue de cette période de négociation avec l’Etat, EDF se réjouit de la confirmation des trois projets dans des conditions qui permettent la création d’une filière industrielle nationale pour l’éolien en mer de près de 7000 emplois directs et indirects. Ces projets déterminants pour la transition énergétique en France permettront de couvrir l’équivalent de la consommation électrique de plus de 2 000 000 de personnes.

"Ces projets s’inscrivent pleinement dans notre stratégie CAP 2030 qui prévoit de doubler entre 2015 et 2030 les capacités renouvelables du Groupe pour atteindre 50 GW. » déclare Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur Général d’EDF.

« Nous sommes heureux de cette décision. Après plusieurs années de concertation avec le territoire et de travail préparatoire, nous attendons les dernières décisions de justice concernant les autorisations de ces projets pour lancer leur construction en vue de premières mises en service dès 2022. Nous sommes ainsi prêts à être un acteur clé de l’aventure industrielle des énergies marines renouvelables en France.» a ajouté Bruno Bensasson, Directeur Exécutif Groupe d’EDF en charge du Pôle énergies renouvelables et Président-Directeur Général d’EDF Energies Nouvelles.

Le consortium et son partenaire industriel GE Renewable Energy avaient été lauréats des trois projets éoliens en mer de Fécamp, de Courseulles-sur-Mer et de Saint-Nazaire, en 2012 lors du premier appel d’offres.

Ces projets sont le fruit d’une large concertation menée depuis plus de 10 ans avec les territoires par EDF Energies Nouvelles et ses partenaires – les services de l’Etat, les industriels, les associations et les acteurs sociaux économiques locaux. La décision finale d’investissement qui permettra le démarrage des travaux pourra être prise une fois que les autorisations obtenues pour ces parcs auront été purgées de tout recours. Le consortium attend ces décisions dans les tout prochains mois.