You are here

Etude JEC: 2015, une année très riche en rebondissements

News International-French

17 Dec 2015

D’évidence, beaucoup de mouvements ont eu lieu cette année dans notre industrie. L’avenir de notre secteur en volumes n’a jamais été aussi rose face aux obligations de réduction d’émission de CO2, automobile en tête. Il a donc été difficile de faire un choix. Celui-ci s’est orienté vers les faits «surprises» et le carbone dans l’automobile. Parlant de surprises, les cinq prochaines années devraient nous en réserver beaucoup.

Les augmentations de capacités prévisibles car mécaniques face au ramp-ups aéronautiques notamment comme les augmentations de capacités de Toray par exemple ont volontairement étaient omises.

A “hot” summer
L’été 2015 a été très riche en rebondissements dont certains très inattendus, particulièrement à la fin juillet.

Pour ouvrir le bal, Lockheed Martin rachète l’hélicoptériste Sikorsky Aircraft à United Technologies Corp. (UTC) pour un montant de 7.1 milliards de dollars US. D’autres entreprises étrangères étaient sur les rangs connaissant la volonté d’UTC de se reconcentrer sur d’autres activités mais la Défense Américaine étant un très gros client de Sikorsky, le choix de Lockheed Martin a dû s’imposer de lui-même.

Ensuite, c’est Avcorp qui s’empare d’Hitco carbon composites, spécialiste aéronautique essentiellement (bien qu’avec quelques activités automobiles), qui appartenait depuis 1997 au groupe à SGL.

Puis, c’est au tour de GKN d’acquérir Fokker Technologies. Son achat au Groupe Arle Capital pour un montant de 706 million d’euros renforce encore sa position de Tiers 1 aéronautique majeur et lui permet d’acquérir un beau savoir-faire thermoplastique.

C’est le 29 Juillet que ce que pratiquement personne n’avait prévu arrive: Solvay rachète Cytec via une offre amicale (voir paragraphe suivant). Le spécialiste du haut de la pyramide des thermoplastiques pénètre ainsi bien avantage le marché aéronautique, s'offre la possibilité d’une source interne de fibres de carbone et de nouvelles compétences en thermodurcissables et adhésifs.

Fin août, le groupe d’ingénierie Meggitt spécialisé en aérospatial, défense et énergie acquière les activités composites du spécialiste aéronautique Cobham pour 200 millions de dollars US. Celles-ci, situées aux US et au royaume uni, seront intégrées au sein de sa division de Polymers & Composites. Fin septembre, Meggitt consolide cette division avec l’achat de la division Composites d’EDAC pour 340 millions de dollars au groupe Greenbriar Equity ainsi qu’à d’autres actionnaires. EDAC dispose de sites de production aux US et au Mexique. Meggitt dispose alors d’une force de frappe globale pour les composites aéronautiques à destination des composants pour moteur, des structures secondaires, de la protection au gel et des radomes.

Solvay s’offre Cytec
Le 29 Juillet Solvay annonce avoir trouvé un accord avec Cytec pour l’achat de 100% de son capital pour un montant total de 5.5 milliards de dollars US (via emprunts obligataires et hybrides, et augmentation de Capital). Les Boards des deux sociétés ont unanimement approuvés l’opération. Solvay continue sa stratégie concentrée sur le développement durable et la création de valeur. Solvay compte générer un minimum de 100 millions d'euros de synergies par an dans les trois ans suivant l'acquisition.

Après un vote en assemblée extraordinaire pour le vote d’une augmentation de capital d’ 1.5 milliards d’euros permettant le financement de l’opération (sans altération des droits de vote de la Holding familiale Solvac, les actionnaires de Solvac ayant décidé d’investir des liquidités dans l’opération à hauteur des 30% de Solvay qu’ils détenaient et continuent donc de détenir) et l’accords des autorités européennes et américaines, la transaction sera officialisées le 09 décembre 2015.

Solvay / Cytec 2014 sales repartition by BU, application sectors and region

Cytec est environ 6 fois plus petit que Solvay tant en termes de ventes (2 milliards de dollars contre 12,4) que de nombres d'employés (4,600 contre 26,000). Le groupe belge et l'entreprise américaines ont toutes deux une empreinte mondiale. Ceci dit, avec cet achat Solvay se renforce en termes de ventes aux Etats-Unis.

Avec cette acquisition Solvay devient le deuxième plus gros acteur mondial des composites aéronautiques (titre appartenant à Cytec jusqu'alors) et se renforce considérablement dans les composites. Les deux tiers des activités de Cytec se rapportent en effet aux composites: Aerospace Materials: 50% et Industrial Materials: 16%.

Cytec est en effet un des acteurs majeurs des matériaux composites (et de la chimie dédiée à l'industrie minière, avec aussi une activité dans les additifs). Le principal marché Composites de Cytec est celui des structures aéronautiques primaires et secondaires. Cytec se développe également sur plusieurs technologies Composites Automobiles, un de ses axes de développement majeur pour le futur. Sur ce dernier point, Cytec pourrait bénéficier de la très bonne implantation de Solvay auprès des OEMs et Tiers One. Sur le marché aéronautique, c'est la situation inverse.

Suite à cette acquisition, Solvay a décidé de créer deux nouvelles Global Business Units (GBU) :

  • la première dédiée aux matériaux composites regroupera les activités Aerospace Materials et Industrial Materials de Cytec. Elle sera dirigée par Bill Wood et intègrera le segment opérationnel Advanced Materials
  • la seconde associera les activités In Process Separation, Polymer Additives et Formulated Resins de Cytec avec les dérivés phosphorés de Solvay. Elle sera dirigée par Mike Radossich et intègrera le segment opérationnel Advanced Formulations

Solvay fait depuis quelques temps déjà un effort continu dans les composites à l’échelle mondiale. 2015 a été particulièrement important dans ce domaine. En effet, dès le début 2014 le groupe belge investissait dans le canadien Aonix, également implanté à Taiwan, spécialiste de la fabrication et de la mise en forme d’organosheets (prépregs thermoplastiques). Aonix sert pour le moment les secteurs du Sports & Loisirs et de l’électronique mobile mais a en ligne de mire l’aéronautique et l’automobile. Solvay a également noué des partenariats avec le suisse 3A Composites spécialiste des matériaux d’âme et le Japonais JSP sur les structures sandwichs. En janvier 2015, Solvay rachetait à Chevron Phillips Chemical pour 220 millions de dollars US ses activités Ryton PPS, polymère apprécié pour les composites thermoplastiques hautes performances. En mars 2015, Solvay et 3A Composites formaient un partenariat sur les mousses de spécialité, destinés aux marchés de l’automobile et des transports. Le site d’extrusion de mousse 3A Composites aux États-Unis devant être opérationnel en 2016. En octobre, Solvay achetait l’activité thermoplastiques à fibres de verre longues de l’allemand EPIC Polymers. Ce savoir-faire LFT (Long Fibre Thermoplastique) pouvant être appliqué notamment aux résines PEEK, PAEK, PPA, PPS et PA 6.6 de Solvay. La cible est ici clairement le remplacement du métal dans l’automobile et le transport. Avec la confirmation de l’achat de Cytec en décembre, Solvay boucle une année d’investissements composites dans ce qui semble être une stratégie à long termes. Dans le futur, Cytec pourrait bénéficier de l’assise financière de Solvay et de la vision long-terme de sa Holding familiale pour développer encore sa production de fibres de carbone.

Le carbone vers l’ordre de bataille pour l’automobile
Fin janvier, Ford et DowAksa annonçaient joindre l’IACMI (Advanced Composites Manufacturing Innovation) dans le prolongement de leur partenariat sur le développement de nouvelles technologies composites.

En mars, Porsche faisait l’acquisition de 25.1% du fabricant allemand de pièces automobiles Carbone Capricorn, qui fabrique déjà des pièces pour Porsche notamment pour les modèles LMP1 et 918 Spyder. La division du groupe Volkswagen souhaitant faciliter l’accès des composites dans ses véhicules. Volkwagen détenait déjà en propre un peu moins de 10% de Capricorn.

En avril, Teijin a lancé son Automotive Business Development Group directement sous la Business Unit “Carbon Fibers & Composites”. Cette nouvelle entité est responsable du marketing des CFRP thermoplastiques précédemment sous la supervison du Teijin Composites Innovation Center et des CFRP thermodurcissables jusqu’alors sur le contrôle de Toho Tenax. Le Teijin Composites Innovation Center va se concentrer sur le développement de technologies.

A la fin de ce même mois, BMW montrait concrétement le développement de sa stratégie Carbone sur ses véhicules «classiques» (hors BMWi donc) avec la nouvelle BMW Série 7 et sa cellule passager utilisant les fibres de SGL.

En mai, Mitsui entrait en cooperation avec l’Innovative Composite Materials Research and Development Center (ICC) du Kanazawa Institute of Technology (KIT) pour mener des recherches sur des méthodes de production de pièces carbone dédiées à l’Automobile et à d’autres secteurs industriels.

Début Juin, L’allemand Voith recevait une commande d’Audi pour la production en grand-volume de composants Carbone pour un prochain modèle Audi.

En Juillet, Quickstep annonçait la signature imminente d’un contrat avec un OEM automobile de taille mondiale pour la production de pièces de compartiment moteur. La production série pouvant démarrer début 2016 et monter à 1000 pièces.

Fin octobre, Cytec prenait une participation financière dans la société anglaise Penso afin de se renforcer sur la production automobile série. Penso est spécialisée dans l’ingénierie automobile, la conversion de véhicules et la fabrication série de pièces composites notamment pour l’automoblie et le ferroviaire.

En novembre, Mitsubishi Rayon (MRC) annonçait la construction d’une nouvelle usine à Vilshofen, en Bavière, Allemagne pour la production de SMC (Sheet Molding Compound) Carbone pour le marché européen notamment automobile. Cette usine devrait être opérationnelle en septembre 2016 avec une capacité annuelle de 1,000 tonnes métriques, avec une possibilité d’extension à 6,000 tonnes en cas d’augmentation de la demande. A terme, les capacités de production de MRC en SMC pourraient tripler la capacité déjà installée à l’usine de Toyohashi au Japon. Toujours en novembre et aussi en Allemagne, c’est le groupe italien Polynt qui annonçait investir sur son site près de Francfort également pour la production de SMC Carbone pour les applications série notamment automobiles. Cette nouvelle entité devrait dès le printemps 2016 être dotée d’une capacité de production de 2,000 tonnes par an. Polynt déclara également évaluer l’ouverture d’une production similaire en Corée du Sud pour 2016.

A la même période, le LX consortium annonçait que Bentley, Emerald Automotive et Nissan travaillaient avec le Lightweighting Excellence Programme (LX) sur la reduction de masse des véhicules. Le LX consortium a pour but d’accélérer la penetration des composites dans toute la Supply Chain automobile du Royaume-Uni.

Enfin au début décembre, Cytec inaugurait son application centre dédié aux matériaux et proceeds pour les applications Grands Volumes comme l’automobile à Heanor au Royaume-Uni à côté de sites de production et de R&D existants. Cytec a investit 13 millions de dollars US dans ce nouvel outil, partie intégrante de la stratégie automobile série de l’entreprise sur le long terme.

Et après ?
L’énorme marché que devrait constituer le carbone pour l’automobile attise les appétits mais le ticket d’entrée est extrêmement élevé tant en termes de compétences que d’assise financière. Consolidations et grosse surprises sont à l’ordre du jour pour les prochaines années. Rien qu’en se contentant des géants des polymères plusieurs pourraient venir sur les rangs (entre parenthèse le chiffre d’affaire 2014 en milliards) : Arkema (en incluant Bostik, € 7.5 billion), BASF (€ 74 billion), Covestro (Ex-Bayer Material Science, $ 11.65 billion), Dow ($ 58.17 billion), DuPont ($ 28 billion), Evonik (€12.92 billion), LyondellBasell (même si c’est un spécialiste des Polyolefines, $45.6 billion), SABIC ($ 52 billion)… Mais d’autres acteurs notamment des métaux pourraient également investir.

A propos de Dupont et Dow Chemical, les deux groupes ont annoncé le 11 décembre fusionner pour donner naissance provisoirement à un nouveau groupe nommé DowDuPont d’une capitalisation de 130 milliards de dollars US. En effets, il est prévu que 18 à 24 mois après la clôture de la transaction que trois entités nouvelles soient créées respectivement dédiées à l’Agriculture, la science des matériaux et les produits de spécialités.

Plus d'informations:www.jeccomposites.com