You are here

Fibres de lin et de chanvre : une solution naturelle pour l’industrie des composites

News International-French

13 Dec 2012

La conférence JEC sur l’utilisation des fibres de lin et de chanvre dans l’industrie des composites, organisée en partenariat avec la Confédération Européenne de Lin et de Chanvre (CELC) le 4 décembre dernier à Leuven (Belgique), a été un succès. Lors de cette journée, les enjeux de l’éco-conception et de l’allégement des pièces mécaniques ont été présentés au travers de témoignages d’experts et d’industriels. Un point sur l’organisation de la filière et la disponibilité des fibres a aussi été fait.

Dans un contexte où la prise en compte de l’impact environnemental des pièces est devenue indispensable, les solutions d’éco-conception des matériaux composites sont prises très au sérieux dans de nombreuses industries telles que l’automobile, l’aéronautique, le bâtiment ou encore le sport.

 

Les fibres naturelles que sont les fibres de lin et de chanvre possèdent des qualités intéressantes en matière de légèreté et de résistance, ainsi que des propriétés mécaniques comme l’absorption des chocs, sans oublier leurs propriétés naturelles qui en font des fibres bien « écologiques ». Les recherches se poursuivent pour intégrer une quantité toujours plus importante de fibres dans les pièces et pour envisager la création de produits 100 % verts.

 

8 conférences d’experts et d’industriels    
Cette journée de conférences avait pour but d’illustrer l’utilisation de ces fibres naturelles à travers trois grands axes : le bonus technique et écologique, la réalité du marché et la dynamique industrielle d’une ressource agricole. Grâce au partenariat avec la CELC, et à la participation de sociétés telles que Boeing, PSA Peugeot-Citroën ou encore Oxylane, ces différents aspects des biocomposites ont pu être abordés de manière complète. En effet, c’est la chaîne entière des composites qui a été présentée : de la culture du lin et du chanvre à la production des semi-produits puis à la représentation des domaines d’applications.


Les inconvénients de ces fibres ont également été abordés, que cela soit au niveau de leur résistance au feu ou de leur provenance non industrielle mais agricole. Ces limites font partie des axes à explorer par la suite.

 

Enfin, le débat a porté sur le fait que les matrices doivent également être amenées à venir de ressources renouvelables pour que le produit fini soit le plus « vert » possible, tout en considérant qu’à partir du moment où un pourcentage de matière non renouvelable est remplacé par des ressources naturelles, cela représente un gain.

 

Cette journée, à laquelle plus de 70 personnes ont participé, a été conclue par le président de la CELC Frédéric Douchy, par ces quelques mots : «  l’économie verte n’est plus une alternative mais une réalité ». La prochaine conférence organisée par JEC aura lieu le 11 décembre, avec pour thème l’usinage, au technocampus EMC² de Nantes.

 

Plus d'informations : www.jeccomposites.com