You are here

Freins Carbone : la Formule 1 des circuits

News International-French

6 Oct 2011

Les freins carbone de Messier-Bugatti-Dowty (groupe Safran) n’équipent pas seulement les roues des trains d’atterrissage des avions, mais aussi celles des bolides de Formule 1.

Depuis les premiers essais de freins carbone réalisés en 1984 chez McLaren, les équipements de freinage fournis par Messier-Bugatti-Dowty ont enregistré 261 victoires en Formule 1. Leurs atouts : la légèreté – car, comme dans l’aéronautique, la question du poids en F1 est critique, et la résistance aux chocs thermiques. « Sur certains circuits riches en lignes droites, les freins ont le temps de refroidir : la différence de température entre deux phases de freinage peut alors être très élevée, jusqu’à 1 000 C°, entraîner un risque de choc thermique et de rupture de disque », explique Franck Ribas, responsable du département « Freinage terrestre ». Ce que le frein carbone permet d’éviter. Car, à très haute température, il conserve et améliore même ses capacités de freinage, avec un risque de rupture extrêmement faible. Deux autres qualités le rendent encore supérieur : sa sensibilité au fading (diminution de l’efficacité du freinage avec l’échauffement) très réduite par rapport au frein acier et une durabilité jusqu’à six fois plus élevée que ce dernier ! En raison de la réglementation en vigueur, les écuries disposent d’une marge de manœuvre limitée quant aux améliorations qu’elles peuvent encore apporter aux moteurs. Elles misent donc sur les performances des freins pour gagner en compétitivité.

 

 

Freins sur-mesure

Les essais privés étant interdits en Formule 1 depuis 2008, Messier-Bugatti-Dowty procède à des simulations et à des essais sur banc. Les données sont ensuite transmises aux écuries de F1. « Nous leur proposons une offre personnalisée, en fonction des besoins du pilote, du circuit, et de la voiture, poursuit Franck Ribas. Notre mission consiste donc à conseiller nos clients dans le choix de la meilleure configuration des équipements de freinage en vue d’un prochain Grand Prix. ». Il n’en reste pas moins que dans cet univers ultra compétitif la réactivité est la clé du succès : « Une innovation peut passer du bureau d’études à la piste d’un Grand Prix en quelques semaines ! ».

 

Messier-Bugatti-Dowty fournit des freins carbone pour d’autres applications comme l’endurance (24h du Mans), les monotypes (Formule Renault), ou encore le terrestre « lourd », avec le char Leclerc… Mais, à l’évidence, la F1 est bien le domaine le plus exigeant…

 

 

Pour plus d’informations : www.safran-group.com