You are here

Inauguration de la plateforme technologique Chemstart’up à Lacq

News International-French

4 Jul 2019

Une nouvelle étape dans la stratégie de développement économique portée par la communauté de communes de Lacq-Orthez, le GIP Chemparc et la Région Nouvelle-Aquitaine, aux côtés des entreprises du bassin industriel de Lacq. 

Inauguration de la plateforme technologique Chemstart’up à Lacq

Inauguration de la plateforme technologique Chemstart’up à Lacq

Le troisième ensemble immobilier de la plateforme technologique Chemstart’up, située au coeur du bassin industriel de Lacq, a été inauguré mercredi 3 juillet 2019, en présence des acteurs du projet :

  •  Eddy Bouttera, Secrétaire général de la Préfecture ; 
  •  Alain Rousset, Président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, co-financeur du projet ; 
  •  Jacques Cassiau-Haurie, Président de la communauté de communes de Lacq- Orthez (CCLO), propriétaire et maitre d’ouvrage de la plateforme Chemstart’up ; 
  •  Pierre Nerguararian, Président du Groupement d’Intérêt Public (GIP) Chemparc, gestionnaire de la plateforme Chemstart’up ; 
  •  Patrice Gaillard, Directeur de CANOE - Centre Technologique Nouvelle-Aquitaine Composites & Matériaux Avancés, locataire de ce nouvel ensemble immobilier ; 
  •  Didier Rey, Maire de Lacq.

Créée en 2011 par la CCLO, dotée d’un second bâtiment en 2017, la plateforme technologique Chemstart’up montre avec cette nouvelle extension tout son intérêt dans la reconversion du bassin industriel de Lacq. Hôtel d’entreprises innovantes spécialisées dans la chimie fine, les nouveaux matériaux et la transition énergétique, elle offre un environnement spécifique et sécurisé, favorisant une synergie entre ses occupants et les acteurs économiques du bassin, voire plus largement de la région.

D’un montant de 1,7 million d’euros HT, financés à hauteur de 1,4 million d’euros par la Région Nouvelle-Aquitaine et 300 000 euros par la CCLO, les travaux engagés en 2018 permettent de faire sortir de terre près de 1 600 m² de bâtiments.

Ils seront entièrement occupés par le centre technologique CANOE, déjà locataire du bâtiment Chemstart’up livré en 2017. Spécialisé en recherche et développement (R&D) autour des technologies composites et matériaux avancés, il y installera ses équipements pilotes, destinés à de multiples applications industrielles d’avenir, pouvant intéresser des domaines tels que le transport, l’aéronautique ou les énergies renouvelables.

Avec 6 sociétés et désormais près de 65 chercheurs et techniciens réunis dans ses différents bâtiments, la plateforme Chemstart’up contribue à renforcer la position d’excellence du bassin de Lacq en matière de recherche, de développement et de diffusion technologiques du futur.

La plateforme Chemstart’up au service des entreprises et de l’innovation technologique
Un projet porté par la CCLO et Chemparc Chemstart’up est né d’un constat simple : l’absence en France de structure d’accueil pour les jeunes entreprises de chimie désireuses de passer à une étape de pré-industrialisation. Le partenariat formé par la CCLO d’une part, compétente en matière de foncier et d’immobilier d’entreprise, et le GIP Chemparc d’autre part, avec son expertise technologique, a permis d’y répondre.

Objectif : attirer des entreprises nouvelles et faciliter leur développement, au service de la reconversion du territoire
Par son accueil temporaire d’entreprises et laboratoires innovants, susceptibles de s’installer ensuite de manière durable sur le territoire, la plateforme Chemstart’up se veut être un levier de l’activité économique du bassin de Lacq. Site d’innovation et de transfert technologique, elle est conçue comme un lieu d’échanges, favorisant les projets collaboratifs entre chercheurs et industriels. Notamment dans les domaines de la chimie verte et des matériaux composites, nécessaires à la réussite de la transition énergétique. En offrant ces possibilités d’attraction pour des projets de R&D et d’application industrielle, elle crée de nouvelles activités, et de nouveaux emplois, sur le territoire de la CCLO.

Le centre technologique CANOE
CANOE est un centre R&D unique en France, spécialisé en formulation polymère et procédé de fabrication pour le développement de composites et matériaux avancés.

Son objectif : accompagner les entreprises dans le développement de nouveaux produits et procédés en réponse à des besoins industriels.

Implanté sur 3 sites géographiques en Nouvelle-Aquitaine, Pessac (33), Pau et Lacq (64), CANOE affiche un effectif stabilisé de 35 salariés répartis autour de 6 domaines technologiques :

  • formulations thermoplastiques & élastomères 
  • fibres et carbone 
  • composites et pré-imprégnés thermoplastiques 
  • fabrication additive 
  • traitement de surfaces par impression 
  • caractérisation et CND.

Positionné dès sa création en 2008 sur les matériaux nanostructurés, CANOE a poursuivi le développement de son activité dans le domaine des matériaux composites en 2012 (composites thermoplastiques acryliques de grande dimension pour le secteur éolien ou nautique) et dans celui de la transition énergétique et de la bioéconomie avec...

Des projets structurants au niveau de la région Nouvelle-Aquitaine, comme :

  •  ISOCEL (2012-2018) dans le domaine du photovoltaïque, EFFIWIND (2014-2020) dans le domaine de l’éolien ou encore FORCE (2016-2022) dans le domaine des fibres de carbone biosourcées bas coût, et de nombreux projets coopératifs associant des PME de Nouvelle-Aquitaine.

Des investissements importants sur le site de Lacq : 

  • ligne pilote d’imprégnation thermoplastique
  • ligne pilote de carbonisation et ligne pilote de coagulation pour développer une filière sur les fibres de carbone à bas coût biosourcées,
  • robot d’enroulement filamentaire pour la fabrication de réservoir de stockage H2. Lorsque ce troisième ensemble immobilier de Chemstart’up sera exploité, CANOE comptera environ 15 personnes sur le site. Et de nouveaux projets pourraient encore voir le jour.