You are here

L’IRT Jules Verne démarre ses projets de recherche

News International-French

19 Jul 2012

Quatre mois après son lancement, l’Institut de Recherche Technologique Jules Verne a identifié 28 projets de recherche dont 19, jugés prioritaires, démarrent immédiatement. Les 9 autres projets sont prévus pour la deuxième phase du programme, début 2013.  

Avec le récent versement des 12 millions d’euros (sur les 44 conventionnés pour trois ans) l’IRT Jules Verne a initié sa politique de recrutement (cf. communiqué de presse du 23 mai 2012). Aujourd’hui, et selon le plan prédéfini dès sa création, la Fondation de Coopération Scientifique Jules Verne démarre ses premiers projets dans lesquels chaque partenaire industriel est au moins engagé sur un projet.

 

 

Un budget de 26,5 millions d’euros

Ce programme de recherche initial dispose d’un budget de 26,5 millions d’euros, répartis comme suit :

 

 

La part importante donnée à la recherche technologique par rapport à la recherche fondamentale est en adéquation avec l’objectif majeur de l’IRT Jules Verne : la compétitivité industrielle. Chaque marché stratégique est couvert et les 19% dédiés à des projets multi-filières réaffirment la volonté de l’IRT Jules Verne de s’inscrire dans une démarche de fertilisation croisée.

 

 

• La recherche fondamentale s’exprime au travers de chaires Jules Verne : projets ambitieux portés par les établissements ou organismes de recherche s’inscrivant sur la durée (5 ans) et qui s’attaquent à un verrou scientifique stratégique pour l’IRT.

 

 

• Une majorité des projets concerne l’axe 1, dédié aux procédés innovants qui traduit parfaitement le coeur du positionnement de l’IRT sur les technologies avancées de production. A noter : l’absence de projets, à ce stade, dans l’axe 4 « éco-procédés » sera corrigée dans la 2ème phase du programme, début 2013. En effet d’importants projets sur le recyclage sont actuellement en cours de montage.

 

Zoom sur 3 projets de recherche technologique et une chaire Jules Verne

  • • IN002, concerne l’allégement des structures flottantes et immergées par usage des matériaux composites. Si l’on compare avec d’autres secteurs – aéronautique notamment - le degré de pénétration des matériaux composites dans la construction navale, civile et militaire, et dans les structures EMR* reste limité. Un certain nombre de verrous techniques, économiques, voire culturels subsistent. Ce projet vise à lever les risques technologiques associés à ces verrous. En partenariat avec ALSTOM, CETIM, DCNS, STX. Avec la participation du GeM (UMR CNRS /Ecole Centrale de Nantes/Université de Nantes)


  • LIMECO : les technologies actuellement disponibles pour assembler des métaux et des composites pour des applications structurelles sont très limitées et ne permettent pas leur introduction dans l’automobile pour de très grandes séries. Le projet LIMECO a pour objet de développer, tester et valider des assemblages multi-matériaux structurels. Les matériaux considérés sont l’acier et les composites thermoplastiques. En partenariat avec CETIM, FAURECIA. Avec la de participation de Compose Tools et du GeM (UMR CNRS /Ecole Centrale de Nantes/Université de Nantes)


  • • CELLULE HF, étudie l’association des techniques de formage à chaud & de formage superplastique dans un même outil et un même cycle afin de réaliser des pièces complexes en titane. Il s’agit de tirer profit des avantages techniques des deux technologies et de se rapprocher au mieux des besoins des bureaux d’études en termes d’épaisseurs mais aussi de masse finale pièce. Mais aussi de dégager des gains de productivité notamment par des cycles plus courts. En partenariat avec ACB, AIRBUS, DAHER, DCNS, EADS. Avec la participation d’Arts et Métiers Paritech Angers, IMN (UMR CNRS/Université de Nantes), LTN (UMR CNRS/Université de Nantes)


  • • VIBROLEG, cette chaire Jules Verne axe ses recherches sur la vibroacoustique des structures légères. L’allègement des structures constitue aujourd’hui un enjeu important compte tenu des conséquences induites en termes d’économie d’énergie. Mais réduction de masse et diminution des niveaux vibratoires et acoustiques sont aujourd’hui ainsi difficiles à concilier et supposent de mettre en place des stratégies innovantes. C’est l’objet du thème de recherche de cette chaire. Portée par le LAUM (UMR CNRS/Université du Maine). Avec le soutien de : AIRBUS, ALSTOM, Bureau VERITAS, DAHER, DCNS, EADS, STX.

 


À propos de l’IRT Jules Verne

L’Institut de Recherche Technologique Jules Verne dédié aux technologies avancées de production composites, métalliques et structures hybrides vise à devenir dans les dix ans un campus d’innovation technologique de dimension mondiale. Il regroupera, sur un même site près de Nantes, des industriels, des établissements de formation, des laboratoires de recherche appliquée publics et privés, des moyens de prototypage et de démonstration industrielle. Avec une ambition partagée : intensifier la dynamique «Industrie-Recherche-Formation» pour permettre de véritables sauts technologiques, source de compétitivité et de pérennité pour les entreprises et l’industrie française.