You are here

L’IRT Jules Verne poursuit son développement européen et remporte 6 nouveaux projets en 2020

News International-French

24 Nov 2020

L’IRT Jules Verne continue sa progression européenne en remportant 6 nouveaux projets européens, pour 19 projets déposés, dans le cadre du programme cadre Horizon 2020. En moyenne sur les 3 dernières années, le taux de succès de l’IRT Jules Verne s’élève à 27%, ce qui représente plus du double de la moyenne européenne.

L’IRT Jules Verne poursuit son développement européen et remporte 6 nouveaux projets en 2020 - Cellule Europe IRT Jules Verne

L’IRT Jules Verne poursuit son développement européen et remporte 6 nouveaux projets en 2020 - Cellule Europe IRT Jules Verne

L’IRT Jules Verne poursuit son travail de positionnement dans l’Europe de la Recherche. Après avoir déposé 19 dossiers européens en 2020 (9 en 2019), l’institut se félicite d’en avoir obtenu 6 (2 en 2019) pour un montant de près de 1,5 millions d’euros (0,85 M€ en 2019).

Stéphane Cassereau, Directeur général, IRT Jules Verne, détaille:

« L’objectif est ainsi dépassé puisque nous avions visé une accélération cette année avec un dépôt de près de 20 dossiers par an pour en obtenir à minima 3. »

À travers ces projets, les expertises technologiques de l’IRT Jules Verne en matière de fabrication additive, robotique, procédés matériaux composites et métalliques, modélisation, simulation et caractérisation sont largement plébiscitées par les consortia constitués. 

Zoom sur les 6 projets européens obtenus

  • L’institut s’impliquera fortement dans le projet Carbo4Power en tant que Work Package leader, coordonné par l’Université Technique d’Athènes (NTUA). Ce projet, d’un montant global de 7,9 M€ et qui rassemble 18 membres industriels, centres techniques et universités, propose de développer de nouvelles générations de turbines offshore avec des architectures intelligentes et des matériaux hybrides et nanotechnologiques. L’IRT travaillera principalement sur le design-for-manufacturing des pâles d’hydroliennes. Il a pour cela invité les PME Sabella et Sense In à monter à bord du projet, avec l’aide du réseau WEAMEC dédié aux énergies marines renouvelables, qui sera partie prenante dans la gouvernance du projet. L'IRT Jules Verne capitalisera ici sur son expérience sur la ligne de fabrication automatisée de préformes composites textiles MADRAS, inaugurée en début d’année sur le Technocampus Composites, bénéficiant d’un financement de la région des Pays de la Loire ainsi que d’un financement du Fonds européen de développement régional (FEDER). 
  • Dans le projet IMPURE, là aussi coordonné par l’Université Technique d’Athènes (NTUA) et qui rassemble 19 membres européens, l’IRT Jules Verne apportera son soutien à la crise sanitaire dans la lutte contre la COVID-19. Ce projet, d’un montant global de 7,3 M€, a pour but de fabriquer des moulages médicaux en fabrication additive en modifiant des lignes d’usines existantes un temps record (48 heures). L’IRT mettra en œuvre sa capacité à fournir des solutions à haut niveau de maturité, destinées aux utilisateurs finaux dans un contexte d’urgence médicale.
  • Le projet de robotique ROCABLE, monté avec le laboratoire nantais LS2N (CNRS) mais aussi avec Clemessy (Groupe EIFFAGE) ainsi qu’INRIA, d’un montant global de 150 000 €, vise à améliorer la sécurité des robots parallèles à câbles en usine et à travailler sur les aspects de standardisation de ces nouvelles technologies afin d’accélérer leur marquage CE et donc leur usage aux côtés des opérateurs. Ce projet est issu du programme COVR, coordonné par l’institut danois DTI. Le projet Fibre4Yards, coordonné par le Centre International de méthodes numériques et d’ingénierie (CIMNE, Espagne), vise à améliorer les processus de production et de maintenance dans les chantiers navals. C’est un projet composé de 13 partenaires européens et d’un montant de 7.6 M€, dans lequel Naval Group a invité l’IRT Jules Verne afin de travailler sur les thématiques d’acoustique dans les navires.
  • Le projet VOLGA, dont le montant est de 288 000 €, est issu d’un cascading grant du programme européen ROSIN. Il est coordonné par l’Université Technique de Delft (Pays-Bas) et consiste à développer un nouveau planificateur de trajectoire de robots manipulateurs. Ce nouvel outil aura la particularité de valider numériquement l’absence de collision, répondant à un besoin de robustesse industrielle dans le cas d’espaces très contraints.
  • Quant à MAVIS, financé sur fonds nationaux norvégiens via l’Université norvégienne de sciences et technologies (NTNU) à Trondheim, il s’agit d’un projet d’échanges technologiques dans lequel l’IRT Jules Verne a été invité à prendre part, aux côtés d’entités allemandes (Fraunhofer IPA et IAO, Université de Stuttgart) et françaises (UTC Compiègne et INP Grenoble), afin d’accroitre la coopération internationale entre la Norvège et des pays de l’UE.

Marie Weiss, responsable de la Cellule Europe de l’IRT Jules Verne, explique:

« L’IRT Jules Verne a construit un réseau d’excellence au niveau européen et mène ainsi des actions de lobbying stratégiques auprès des plus grands consortia. Parmi eux on peut citer : les instituts Fraunhofer en Allemagne, les centres Catapult en Grande-Bretagne, les principaux centres techniques espagnols AIMEN, EURECAT ou CIDETEC, l’institut DTI au Danemark, les universités techniques de Hambourg et Munich en Allemagne, d’Athènes en Grèce ou encore celle de Delft aux Pays Bas, qui bénéficient tous de forts taux de succès sur les projets européens. L’IRT Jules Verne a aussi choisi d’adhérer à des réseaux ou d’associations d’influence comme l’EFFRA, EURobotics ou encore Waterborne. C’est un travail à long terme qui nécessite de se créer un réseau d’homologues avec lesquels on prend l’habitude de travailler et on tisse des liens privilégiés. Pour autant, s’associer à de nouveaux partenaires reste stimulant. Certains partenariats a priori plus audacieux ou innovants sont également à expérimenter dans le cadre du Green Deal et d’Horizon Europe, nouveau programme cadre de la Commission Européenne qui débutera en 2021 pour une durée de 7 ans. »