You are here

Le contrôle non destructif appliqué aux composites

News International-French

30 Oct 2012

Franc succès pour la conférence JEC « Le Contrôle Non Destructif au cœur des composites », organisée en partenariat avec le PPE le 23 octobre dernier à Paris. Lors de cette journée, des solutions de Contrôle Non Destructifs pour les pièces composites ont été présentées au travers de témoignages d’industriels et pour la première fois d’ateliers techniques. Cette nouveauté a été très appréciée des auditeurs.

À l’heure où la qualité, la sécurité et la compétitivité sont devenues des impératifs difficilement contournables, les techniques de contrôle non destructif ne cessent de prendre de l’ampleur dans de nombreux domaines d’activités tels que l’aéronautique, l’automobile, le nucléaire etc…

 

Il est devenu indispensable dans l’industrie des composites d’avoir la possibilité d’examiner les propriétés de pièces sans pour autant les endommager. Un vaste panel de méthodes de contrôles non destructifs (CND) est actuellement disponible, mais de nombreux paramètres entrent en jeu afin de trouver le meilleur compromis ; qu’il s’agisse du coût, du degré de détail souhaité (présence d’un défaut ou évaluation de ses dimensions) ou encore de la facilité d’utilisation sur une production en série.     

 

6 conférences et deux ateliers


Afin de découvrir les techniques les plus avancées et prometteuses, six conférences et deux ateliers étaient proposés lors de cette journée,  notamment grâce à un partenariat avec le Pôle de Plasturgie de l’Est et l’Institut de Soudure, ayant créé conjointement la société Composite Integrity qui est spécialisée en CND. Ainsi, les techniques par ultrasons, vibrothermographie, déflectométrie ou encore ondes ultrasonores guidées, ont fait l’objet d’explications poussées par les conférenciers présents. Des échanges riches entre la cinquantaine personnes présentes, participants venus d’entreprises diverses comme Faurecia Automotive, Hutchinson ou encore la SNECMA et conférenciers, ont permis d’approfondir le débat.

 

Dans un souci d’illustration, deux ateliers de démonstration ont également été proposés en complément des conférences afin de montrer concrètement le fonctionnement de la vibrothermographie et de la déflectométrie présentées auparavant:       
  

  • La vibrothermographie utilise une sonotrode afin de provoquer l’excitation de la pièce par onde ultrasonore, ce qui permet un contrôle instantané et aisé à mettre en œuvre, comme on peut le voir sur l’image ci-dessous.  

  

  • La seconde repose sur l’interférométrie optique et permet de contrôler les défauts peu profonds de la pièce en une seule opération.

Cette journée, à laquelle une cinquantaine de personnes ont participé, était la quatrième conférence à thèmes de l’année et sera suivie par une conférence sur Le lin et le Chanvre le 4 décembre à Leuven en Belgique et une autre sur l’ Usinage le 11 décembre 2012, au Technocampus EMC² de Nantes.

 

More information:www.jeccomposites.com