You are here

Les entreprises de NAE se positionnent sur l’hydrogène

News International-French

5 Mar 2020

NAE (Normandie AeroEspace) accompagne ses entreprises pour anticiper leur positionnement sur cet axe stratégique qui répond aux enjeux énergétiques du futur et de l’après kérosène. Un dynamisme de plus en plus fort étant observé, tant chez les grands industriels qu’au plan européen, l’objectif dans un premier temps est de donner de la visibilité aux acteurs normands et d’accélérer leurs échanges avec les donneurs d’ordres.

Les entreprises de NAE se positionnent sur l’hydrogène
NAE a intégré le plan Hydrogène qui a été lancé par la Région Normandie fin 2018. Doté de 15 millions d’euros sur cinq ans, il vise à structurer l’écosystème normand et renforcer la place de l’hydrogène dans la transition énergétique de la Normandie.

Vecteur d’énergie propre, l’hydrogène offre des bénéfices environnementaux importants vis-à-vis du kérosène grâce à la limitation des Nox. Prenant sa place au fur et à mesure dans le mix énergétique mondial, l’hydrogène a pénétré le marché de la mobilité (vélo, voitures, camion, …) et s’oriente maintenant vers l’aéronautique. Les aéroports ont dans un premier temps été identifiés comme des emplacements pertinents pour déployer une infrastructure hydrogène, capable d’alimenter des flottes captives de véhicules se déplaçant dans la zone.

Des verrous technologiques à lever
Malgré l’utilisation de l‘hydrogène liquide pour le carburant des fusées, l’hydrogène n’est pas encore adapté pour le transport aérien, notamment en raison des conditions économiques vis-à-vis du kérosène. Plusieurs verrous sont à lever tels que le stockage de l’hydrogène (encombrement et température), la consommation supérieure au kérosène, le rendement de la propulsion ou la règlementation associée. Ses applications dans l’aéronautique sont aujourd’hui envisagées pour l’alimentation de secours (en remplacement des dispositifs RAM Air Turbine existants), la motorisation électrique pour le déplacement au sol, le système d’allumage des moteurs principaux, la fourniture d’air conditionné, la production d’eau à bord, le système de dégivrage, le système anti incendie en vol par inertage des réservoirs, l’humidification du cockpit, la motorisation hydrogène des engins sol ou encore le système de production décentralisé hydrogène aéroportuaire. Des projets sont déjà initiés, notamment Hy’drone pour la prolongation de l’autonomie des drones, HYPORT pour la fabrication d’hydrogène vert pour les applications aéroportuaires ou MAHEPA pour la propulsion d’avion électrique léger.

Deux enjeux : le stockage et la combustion de l’hydrogène
NAE se positionne aujourd’hui sur le stockage de l’hydrogène et sa combustion pour la motorisation, les deux activités principales où les compétences sont présentes en Normandie. Si le territoire normand recense déjà trois acteurs majeurs que sont ArianeGroup sur les moteurs spatiaux, Ergosup à Cherbourg sur la fourniture décentralisée d’hydrogène et H2V Industry à Port-Jérôme qui prévoit de déployer deux usines de production d’Hydrogène, un ensemble d’entreprises se positionne en tant que sous-traitantes sur cette thématique comme opportunité de diversification. De plus, quelques laboratoires normands affichent de bonnes compétences sur l’hydrogène : le CORIA (sur la combustion), le GREAH (sur la gestion énergétique), PBS et le LSPC notamment.

Avant de définir une feuille de route spécifique, une action de veille sur l’hydrogène va être mise en place pour identifier les tendances et mutations technologiques et règlementaires à venir. NAE va également réaliser une cartographie des acteurs pour améliorer leur visibilité et faciliter leurs échanges avec les donneurs d’ordres.