You are here

Pinette Emidecau Industries accueille GEI et le Fonds Européen des Matériaux à son capital

News International-French

25 Jul 2016

Le fonds GEI et le Fonds Européen des Matériaux (géré par Emertec) investissent 4,5 M€ dans Pinette Emidecau Industries (PEI) à l’occasion d’un LBO secondaire mené par son dirigeant et actionnaire majoritaire Jérôme Hubert.

Cette opération, en plus de financer la sortie des fonds NextStage qui avaient permis la reprise de la société en 2011, a pour but d’apporter des moyens supplémentaires pour soutenir la forte croissance du Groupe PEI, notamment dans son développement à l’international, avec l’objectif de doubler l’activité d’ici à 5 ans.

Avec un chiffre d’affaires de 30 M€ en 2015 et employant 115 salariés, PEI compte parmi les leaders mondiaux de l'ingénierie des équipements de formage de matériaux composites et des bancs de test pour les industries aéronautique (PEI travaille pour les principaux constructeurs et leurs sous-traitants), automobile, pétrolière et gazière. Présent en France (Chalon-sur-Saône, Bourgogne), en Allemagne, aux États-Unis et en Asie, PEI conçoit, assemble et livre des équipements, lignes et usines de fabrication clé en main à forte valeur ajoutée aux principaux acteurs industriels mondiaux des secteurs couverts.

Une croissance nourrie par l’innovation et l’international
Fondée en 1863 et historiquement basée à Chalon-sur-Saône, PEI a été reprise en 2011 par l'entrepreneur Jérôme Hubert en partenariat avec NextStage, avec l'ambition de valoriser son potentiel technologique. Depuis 2011, le groupe s'est ainsi réorganisé sous l'impulsion de son dirigeant, notamment en se tournant résolument vers l'international, qui représente aujourd'hui plus de 75 % de son chiffre d'affaires. Forte de cet élan, PEI a enregistré plusieurs succès en France comme à l'international, et a vu son chiffre d’affaires progresser en quelques années de 20 M€ à 30 M€ en 2015.

L’innovation et la volonté de déployer au mieux un savoir-faire reconnu mondialement sont au coeur du projet de PEI. En s’appuyant sur une parfaite maitrise technique de l’hydraulique, de la mesure sous effort et haute pression, de la robotique et des expertises de ses partenaires PME technologiques et universitaires, les ingénieurs du bureau d’étude de PEI ont développé de nouveaux équipements pour l’énergie (banc de tests pour l’industrie pétrolière) et pour le travail des matériaux composites à grande cadence, technologies brevetées récompensées par plusieurs prix internationaux.

Ces efforts s’accompagnent de la volonté d’apporter plus de services aux grands groupes industriels mondiaux qui lui font confiance. PEI a ainsi mis au point une offre d’ingénieriste ensemblier pour piloter des contrats de maitrise d’oeuvre d’usine complète de formage pour ses clients. Au cours des cinq dernières années, PEI a livré plus de 200 équipements lourds en France, Europe, Asie, Amérique du Nord et du Sud, et Afrique du Nord.

Un fonds d’investissement d’entrepreneurs
C’est dans ce cadre que Jérôme Hubert a décidé d’ouvrir son capital à deux fonds d’investissements qui partagent sa vision et sont animés par les valeurs d’entrepreneurs et d’innovation : GEI, fonds d’investissement multirégional financé essentiellement par des dirigeants de PME, et le Fonds Européen des Matériaux (FEM), spécialisé dans les entreprises innovantes dans le domaine des matériaux.

GEI est un fonds d’investissement régional qui participe au financement des PME dans le Nord-Est de la France. Il a investi dans une dizaine d’entreprises à forte valeur ajoutée, toutes basées dans le grand quart Nord-Est. GEI a un avantage de taille: il parle la même langue que les entrepreneurs qu’il accompagne. Créé par une équipe de gestion indépendante, il fédère une quarantaine d’entrepreneurs investisseurs. Les spécificités des PME sont comprises et prises en compte dans le montage des opérations réalisées. Une particularité qui a séduit Jérôme Hubert.

Le FEM quant à lui se spécialise dans l'accompagnement en capital des entreprises innovantes dans le domaine des matériaux, et apporte à PEI une compétence et un réseau sectoriels complémentaires en plus de son investissement financier. Le FEM est en effet directement connecté aux technologies et centres de recherches et d’innovation sur lesquels PEI s’appuie pour développer de nouvelles technologies qui seront ensuite intégrées dans ses équipements et solutions. C'est le cas par exemple de la technologie QSPR, qui ambitionne de faire baisser le coût des pièces en composite carbone pour une utilisation étendue au sein de l’industrie automobile en recherche d’allègement.