You are here

Solar Impulse 2 : l’avion solaire du tour du monde est construit

News International-French

11 Apr 2014

Bertrand Piccard et André Borschberg ont présenté aujourd’hui Solar Impulse 2, leur nouvel avion solaire monoplace conçu pour relever le défi d’effectuer en 2015 le premier vol solaire autour du monde sans aucun carburant.

Solar Impulse est le résultat de l’alliance de deux hommes pour réaliser un projet considéré comme impossible par les spécialistes. Pendant que Bertrand Piccard, psychiatre et explorateur, trouvait les partenaires pour financer le projet et développait son message de promotion des technologies propres repris par de nombreuses autorités politiques, André Borschberg, ingénieur et entrepreneur, réunissait et dirigeait une équipe technique de 80 personnes. Il aura fallu 12 ans de calculs, de simulations, de construction et de tests pour en arriver aujourd’hui à la présentation de Solar Impulse 2, l’avion le plus révolutionnaire d’aujourd’hui, prévu pour le tour du monde.

Pour réaliser le tour du monde, Solar Impulse 2 devra accomplir ce qu’aucun avion n’a réussi avant lui : voler sans carburant avec un seul pilote à bord jusqu’à 5 jours et 5 nuits d’affilée pour traverser les océans d’un continent à l’autre. C’est pour ce défi qu’il a été construit. Le monoplace solaire possède une envergure gigantesque de 72 mètres pour un poids de seulement 2'300 kg, lui permettant d’avoir des performances aérodynamiques et un rendement énergétique supérieurs à tout ce qui s’est fait jusqu’ici. Il est équipé d’un cockpit de 3.8 m3 dont chaque détail a été pensé pour permettre au pilote d’y vivre 1 semaine. Toutefois dans un souci d’efficacité énergétique maximum, la cabine n’est ni pressurisée, ni chauffée, un défi supplémentaire d’endurance pour le pilote.

Decision a fourni les pièces en carbone de grandes dimensions de Solar Impulse

En juillet 2012, au cours du dernier test de la structure du longeron, l’élément central de celui-ci n’avait pas supporté la charge et s’était cassé. Un rappel concret de ce que le fait de repousser les limites n’est pas chose aisée et que, à se tenir en équilibre précaire sur cette infime frontière, on peut tomber. Heureusement, par ailleurs, cet événement qui aurait pu s’avérer dramatique s’est transformé en un avantage. Le retard pris par la construction du HB- SIB a débouché sur plusieurs opportunités inattendues et passionnantes, parmi lesquelles la mission Across America de cette année (menée avec le HB-SIA).

Le longeron, véritable colonne vertébrale de l'avion solaire, est sa partie la plus importante. Il forme la structure centrale des ailes. Sur l’avion Solar Impulse de seconde génération, destiné à voler plus vite, le longeron est beaucoup plus grand. Du coup, les ailes devront résister à des charges doublées. Dans l’accident de l’an dernier, seule la partie centrale du longeron s’était brisée. Après des tests poussés, les deux sections extérieures avaient pu être épargnées. Pour des questions d’homogénéité, le longeron a tout de même été entièrement reconstruit. Menés selon un concept et un procédé de fabrication améliorés, les travaux auront duré dix mois. Les extrémités restantes du premier longeron seront conservées comme pièces de rechange.

Le longeron ressemble à une boîte rectangulaire de forme allongée. Entièrement réalisé en carbone, il est assemblé par collage – ou lié, comme disent les ingénieurs – par un procédé chimique délicat, comportant vingt passages dans un grand four. Il faut 64 minutes pour lier les différentes pièces entre elles, et 88 minutes de pressage et de nettoyage final. Ces délais doivent être strictement respectés afin d’éviter des irrégularités. L’intégrité structurelle du longeron tout entier, et donc sa résistance, en dépendent.

Les vols d’essai devraient avoir lieu au mois de mai, suivi par des vols d’entrainements audessus de la Suisse.

La tentative du premier tour du monde en avion solaire devrait débuter en mars 2015 depuis la région du Golfe Persique. Solar Impulse traversera successivement la Mer d’Arabie, l’Inde, la Birmanie, la Chine, l’Océan Pacifique, les Etats-Unis, l’Océan Atlantique, l’Europe du Sud ou l’Afrique du Nord, pour boucler la boucle en rejoignant son point de départ. Des escales se feront tous les quelques jours pour changer de pilote et organiser des événements destinés aux gouvernements, aux écoles et universités.

Plus d'informations: www.solarimpulse.com