You are here

Tea Rukavina récompensée pour sa thèse sur la modélisation multi-échelle du béton fibré

News International-French

11 Apr 2019

Sept docteurs de l'UTC ont présenté leur travaux de recherche devant le jury du prix de thèse Guy Deniélou 2019, parrainé cette année par Arcelor Mittal. La 14e édition du prix de thèse, couplée au forum des doctorants, était l'occasion pour les étudiants de s'informer sur la poursuite en thèse, et pour les docteurs et doctorants, de présenter leurs travaux de thèse.

Tea Rukavina récompensée pour sa thèse sur la modélisation multi-échelle du béton fibré

Thea Rukavina récompensée pour sa thèse sur la modélisation multi-échelle du béton fibré

Cette année, le prix de thèse était sponsorisé par Arcelor Mittal. Les finalistes avaient dix minutes pour présenter  leurs travaux devant le jury composé de Francis Schmit, Cluster Manager et Multi-Material and Assembling chez ArcelorMittal, Philippe Hallegot, Senior Expert chez L’Oréal, Dominique Le Beller, Consultant en Biotechnologie et Drug Discovery chez Deinobiotics SAS, Renaud Sirdey, Research Director at Commissariat à l'Energie Atomique et Pascal Souquet, Responsable R&D chez Cetim - Centre technique des industries mécaniques.

Les lauréats de l'édition 2019:

  • Prix Arcelor-Mittal : claire Danet, pour sa thèse «Gestualité : pour la création scripturale. Le cas des langues des signes»
  • Prix de l'Arc : Doriane Vesperini, pour sa thèse «Biomechanical study of cells in microfluidic flow : application to sorting and platelet production»
  • Prix poster : Franck Li
  • Prix de la Fondation : Tea Rukavina, pour sa thèse «Modèle multi-échelle du béton fibré avec identification des paramètres»
    Dans sa thèse, Tea Rukavina propose plusieurs approches de modélisation de composites renforcés par des fibres. Le matériau étudié est le béton fibré, et dans ce modèle, en tenant compte de l’influence de trois constituants : le béton, les fibres, et la liaison entre eux.
    Dans sa thèse Tea Rukavina a d'abord étudié les micro-structures des matériaux choisis et leurs comportements lors de leurs endommagements. Elle a ensuite effectué une approche multi-échelle pour coupler les différents constituants du composite, en étudiant d'abord le comportement au niveau global, en prenant en compte l’influence du béton, de la fibre et du chargement externe, puis ensuite au niveau local en prenant la fibre et le glissement. Et fini par présenter un modèle inverse pour le béton fibré, afin d'identifier des paramètres minimisant l'erreur entre les valeurs mesurées et modélisées.