You are here

Technologies Composites à l'aéroport de Saint-Yan

News International-French

24 Jul 2013

Depuis cet été, l'aérodrome héberge une nouvelle entreprise, dédiée à la maintenance et à l'entretien des avions tout composites.

Technologies Composites, une société du Lot, s'implante à Saint-Yan pour y créer un atelier de maintenance et d'entretien de l'aviation légère. Un créneau porteur, en phase avec les formations du lycée professionnel Astier, et une réelle volonté pour l'aérodrome de renforcer sa palette d'activité.   

Christian Lair a toujours eu un faible pour les avions et les planeurs. La passion lui est venue lorsqu'il était petit, presque naturellement. Début juillet, ce chef d'entreprise du Lot a déménagé sa société, Technologies composites, sur le site de l'aérodrome de St-Yan. En stand-by depuis trois ans, cette entreprise veut développer en Charolais un pôle d'entretien et de maintenance des avions en matériaux tout composites.

Début mai, il est arrivé par hasard à l'aérodrome de Saint-Yan qui disposait de bâtiments libres. Le nom de Saint-Yan est à lui seul une image de qualité avec une école qui reste la plus réputée depuis le début des années 60. De plus, la présence du lycée professionnel Astier de Paray-le-Monial offre un potentiel important puisqu'il forme des élèves en BTS et Bac professionnel "maintenance aéronautique", susceptibles de venir travailler ensuite dans l'entreprise.

La société hébergera le premier atelier à être entièrement agréé composite. Elle devra pour cela obtenir l'agrément de l'aviation civile, visant la certification pour le début 2014. Une dizaine d'emplois devraient être créés entre 2014 et 2016. Ces postes, ouverts aux femmes comme aux hommes, accueilleront des personnes qualifiées en mécanique sur moteurs à pistons, moteurs à turbines, outillage-usinage, secrétariat trilingue. Un menuisier-ébéniste devrait être recruté pour les machines anciennes. Sorte de "tôlier de l'aéronautique", l'atelier de maintenance de Saint-Yan explore une niche peu exploitée pour l'instant sur le créneau de l'aviation légère et de l'aviation d'affaires.

D'autres pistes lui paraissent prometteuses pour sa société. L'entretien des ULM, qui sera bientôt obligatoire, pourrait offrir une charge de travail supplémentaire. De plus, Technologies composites va travailler sur la partie nacelles tout carbone d'un programme militaire de dirigeables : "L'armée a donné son accord. Je vais travailler à l'élaboration des cabines", assure le responsable qui compte également obtenir la licence de constructeur pour réaliser des motoplaneurs, à raison de deux ou trois par an.

Plus d'information: www.aeroportsaintyan.fr