You are here

Thermographie infrarouge active pour contrôler les composites

News International-French

3 Apr 2014

En excitant la pièce par une source extérieure, la thermographie infrarouge active permet de détecter les éventuels défauts surfaciques ou subsurfaciques tels que les fissures, les délaminages, la corrosion, les inclusions d’eau ou d’éléments étrangers.

Près de 300 éoliennes vont bientôt être installées au large des côtes de la Manche. C’est dans ce contexte et en partie pour se préparer à ce nouveau marché qu’Otecmi, société implantée près de Cherbourg et spécialisée dans le contrôle non destructif, a souhaité se former à la thermographie infrarouge active.

«Otecmi utilise principalement les méthodes de CND par ressuage, magnétoscopie, rayons X et rayons gamma, explique Alain Maigrot, responsable Affaires CND Aéronautique. Mais, nous souhaitions mieux connaître les possibilités offertes par la thermographie infrarouge, notamment pour contrôler les pièces en composites, de plus en plus présentes dans l’aéronautique, l’automobile, le ferroviaire, et bien sûr l’éolien. ».

De fait, en excitant la pièce par une source extérieure (ex : flash), la thermographie infrarouge active permet de détecter les éventuels défauts surfaciques ou subsurfaciques tels que les fissures, les délaminages, la corrosion, les inclusions d’eau ou d’éléments étrangers.

Plus d'informations: www.cetim.fr

Company: