1063

Antoine de Turckheim, directeur de Fairmat USA : “L’usine Fairmat de Salt Lake City démarrera ses activités à l’été 2024”

La start-up française Fairmat a effectué des annonces importantes au premier semestre 2024, parmi lesquelles la création d’opérations commerciales et industrielles aux États-Unis et le renforcement de son partenariat avec Hexcel Corporation. JEC a rencontré Antoine de Turckheim pour mieux comprendre cette opération d’envergure.

Antoine de Turckheim, directeur de Fairmat USA : “L’usine Fairmat de Salt Lake City démarrera ses activités à l’été 2024”
READING TIME

3 minutes, 20 secondes

JEC Composites : Fairmat est une jeune entreprise et son développement sur le marché américain en a surpris plus d’un. Comprenez-vous pourquoi ?

À peine trois ans après sa création, Fairmat est encore une jeune entreprise avec un siège et un laboratoire à Paris, ainsi qu’une usine de 4 000 m² à Nantes. Dans le cadre des différents projets de sièges d’avion de sa société Expliseat, notre président, Benjamin Saada, a utilisé la fibre de carbone et a découvert plusieurs problématiques liées à son cycle de vie. En particulier, la fibre de carbone génère un volume important de déchets.

C’est à cette étape que se positionne la solution de Fairmat. Notre technologie est basée sur la découpe plutôt que sur le broyage, et nous proposons des copeaux qui peuvent être combinés avec de la résine pour créer de nouvelles pièces. Du point de vue du recyclage, tout centraliser n’est pas idéal, car cela peut augmenter les émissions de CO2 dues à la collecte et au transport associé. Il vaut mieux s’appuyer sur un réseau d’agences locales. En outre, notre modèle industriel est facilement reproductible, car il repose sur le cloud et utilise l’IA. Ce modèle a déjà attiré des entreprises de premier plan.

JEC Composites : Pouvez-vous nous parler de la genèse de ce projet américain, qui aboutit à l’ouverture de bureaux commerciaux et d’une usine à Salt Lake City, dans l’Utah ?

En 2023, Benjamin Saada et moi-même avons passé 10 jours dans l’Utah pour un voyage d’étude. Ce voyage nous a confirmé la présence d’activités carbone très robustes, avec des entreprises de référence comme Albany Composites, Northrop Grumman ou TCR Composites, mais aussi l’absence d’une filière de recyclage structurée. Nous avons pensé que les États-Unis pouvaient être un laboratoire d’expansion internationale et j’ai accepté la mission d’identifier un site industriel accessible et de recruter les équipes qui y travailleraient. Le site de Salt Lake City présente plusieurs avantages et les autorités locales de l’Utah ont facilité les négociations. Par ailleurs, comme nous l’avons annoncé officiellement en mai 2024, nous avons conclu un accord à long terme avec Hexcel, qui exploite une importante usine de préimprégnés à Salt Lake City. Ce renforcement de nos liens avec Hexcel Corporation représente évidemment une base précieuse qui assure un point d’équilibre.

Usine de Fairmat à Salt Lake City aux Etats-Unis (source: Fairmat)
L’usine de Fairmat à Salt Lake City aux Etats-Unis (source: Fairmat)

JEC Composites : Quels sont les principaux défis auxquels vous avez été confrontés au début de votre mission ?

Je n’ai pas eu d’obstacles particuliers à surmonter. La principale complexité de la mission résidait dans les différences de culture d’entreprise. Par exemple, les négociations sur le bail de l’usine ont été longues car nous n’avions pas la même approche. En outre, nous avons parfois rencontré des difficultés à recruter les profils que nous recherchions. Mais il s’agit d’un problème général dans l’industrie, qui n’est pas spécifique à Fairmat ou aux États-Unis.

JEC Composites : La différence de sensibilité et d’approche entre les États-Unis et l’Europe en matière de développement durable a-t-elle créé des difficultés particulières ?

Pas vraiment, car le développement durable est présent partout dans les esprits, et en particulier chez les responsables industriels. Ils sont au confluent des exigences des clients et des législateurs. L’Utah est à l’avant-garde de ces réflexions, d’autant plus que cet État est un centre industriel très important. En fait, aux États-Unis, la durabilité n’est pas secondaire pour les dirigeants ou le public, mais il est essentiel de veiller à ce qu’elle ne soit pas alourdie ou rendue contraignante, car cela peut créer des résistances.

JEC Composites : Le montage financier a-t-il été difficile à finaliser ?

Non, pas particulièrement, même s’il s’agit bien sûr d’un projet important. La reproductibilité et l’évolutivité sont au cœur de notre technologie, ce qui la rend tout à fait adaptée au développement international. De plus, Fairmat est soutenue par des investisseurs de premier plan qui appuient notre stratégie d’expansion.

Quand l’usine de Salt Lake City sera-t-elle opérationnelle ? Avez-vous déjà d’autres perspectives de développement à l’international, notamment en Asie ?

L’usine de Salt Lake City sera opérationnelle à l’été 2024, avec une phase de montée en puissance de plusieurs mois. D’une manière générale, comme tous les entrepreneurs, nous sommes toujours à l’affût, mais il est aussi important de ne pas se précipiter et de procéder étape par étape. Nous gardons donc un œil sur les marchés asiatiques, mais il n’y a pas de nouveau projet industriel imminent.

Photo en-tête : Antoine de Turckheim, Fairmat (source: Fairmat).

More information www.fairmat.tech