2197

Le Class 30 OD, un nouveau défi pour Multiplast

VPLP Design et Multiplast ont remporté début septembre le concours d’architecte lancé par l’UNCL, le Rorc et le Storm Trysail Club pour concevoir et construire le futur Class 30 One Design, monotype école destiné à rendre la course au large accessible au plus grand nombre. Un beau défi de production en série pour le chantier vannetais.

Le Class 30 OD, un nouveau défi pour Multiplast
READING TIME

2 minutes, 60 secondes

Ce projet de Class 30 One Design est né au début de l’année du côté de l’UNCL, comme l’explique Yves Ginoux, son vice-président : “Quand A.S.O. a annoncé qu’il n’y aurait pas de Tour Voile en 2021, on a pris contact avec eux pour leur proposer une solution de redémarrage avec l’esprit d’origine. Finalement, ils ont choisi de travailler avec Normandie Evénements, mais nous avons continué à réfléchir à un bateau idéal pour l’apprentissage de la course au large. En discutant avec nos amis du Rorc, on s’est rendu compte qu’ils réfléchissaient exactement au même sujet, nous avons donc travaillé ensemble pour lancer un appel à projets au mois d’avril.”

L’initiative a un certain écho, puisque les deux yacht-clubs sont dans la foulée contactés, depuis l’autre côté de l’Atlantique, par le Storm Trysail Club (STC). Ce dernier, qui dispose de douze bases de formation aux Etats-Unis, désire en effet se joindre également au projet. Le duo devient trio, le jury pour sélectionner le meilleur projet, se composant dès lors de quatre membres de l’UNCL, de trois du Rorc et du commodore du STC.

Un monotype accessible financièrement
Le cahier des charges du Class30 One Design est simple : un monocoque monotype de 30 pieds, capable d’accueillir 5 à 6 membres d’équipage, accessible financièrement. Il est ainsi annoncé à moins de 100 000 € avec une version régate en option, dotée d’un mât carbone, d’une cuisine et d’une table à cartes, ainsi que des ballasts.

Suite à l’appel à projets, les trois clubs ont reçu 25 dossiers, 8 ont été présélectionnés avant d’être réduits à 3, le duo VPLP-Multiplast sortant vainqueur après un grand oral. Ce qui a fait la différence ? “D’abord une véritable réflexion architecturale de fond. C’est un détail, mais VPLP a par exemple été le seul à prendre en compte des éléments post-Covid, en prévoyant notamment dans le cockpit des emplacements moulés pour les six gourdes de l’équipage, histoire de ne pas les mélanger. Ensuite, parce qu’il y avait très clairement une vraie réflexion sur la dimension industrielle avec Multiplast.”

Car l’objectif, après une pré-série de 3 à 5 bateaux qui devrait sortir début 2023, est de passer, dès rapidement, à une production d’un exemplaire par semaine, Yves Ginoux n’hésitant pas à évoquer des… centaines de bateaux à travers le monde ! “Nous avons reçu de très nombreuses marques d’intérêt de nombreux clubs, en France et à l’étranger, commente le vice-président de l’UNCL. Mais également de marins qui vont faire la Mini Transat et estiment que le Class30 OD peut être un très bon pas intermédiaire avant de passer au Figaro ou au Class40. C’est une cible que je n’avais pas identifiée et vu le dynamisme de la classe Mini, c’est très intéressant.” Et l’intéressé de promettre des solutions de financement attractives, évoquant “des discussions avancées” avec des partenaires potentiels pour financer la classe et/ou le circuit de courses mis en place parallèlement.

Multiplast séduit d’entrée
Du côté de Multiplast, le défi a séduit d’entrée, le chantier ayant vite accepté la proposition d’association de VPLP Design. “C’est quelque chose de différent de ce que l’on fait d’habitude, on est en général plus dans le prototype, explique Yann Penfornis, le directeur général. Mais on a quand même une expérience dans le domaine de la production de série – on a fabriqué 95 paires de foils de Figaro Beneteau 3 – et on sait faire de la gestion de projet ambitieux. Tout ça, en plus du respect mutuel qui nous lie avec nos voisins de VPLP, nous a encouragés à nous lancer dans cette aventure.”

Le planning des semaines à venir s’annonce donc dense. “Il faut encore avancer dans la définition du bateau avec VPLP, puis, il faudra sélectionner le chantier constructeur avec lequel nous allons travailler, car si la construction sera supervisée par Multiplast, le Class30 OD ne sera pas fabriqué chez nous, nous allons sous-traiter pour répondre aux impératifs de production en série et de maîtrise des coûts”, poursuit Yann Penfornis. Qui ajoute : “Nous avons recruté la personne qui sera chargée du projet; cela demande un gros travail de suivi avec de nombreux déplacements pour garantir un bon déroulé de projet.”

More information www.multiplast.eu