2197

Plasteol vise de nouveaux marchés

Rachetée en 2015 par Carboman, la société Plasteol, spécialisée dans la maintenance des pales d’éoliennes, joue sur les complémentarités avec les autres entités du groupe pour continuer à se développer.

Plasteol vise de nouveaux marchés
READING TIME

2 minutes, 10 secondes

Explication avec son directeur des opérations, Pierre Le Joubioux.

Comment est née l’entreprise Plasteol ?
Pierre Le Joubioux, Directeur des opérations, Plasteol: A l’origine, il y a d’abord Plastinov, une société fondée en 2006 pour fabriquer des pièces en composite et notamment des pales d’éoliennes, qui, en 2012, a créé Plasteol pour assurer leur maintenance. L’ensemble, basé à Samazan, dans le Lot-et-Garonne, a été racheté en 2015 par le Groupe Carboman. Nous avons ensuite créé en 2017 une nouvelle antenne de Plasteol à Vannes. Aujourd’hui, nous sommes 9 salariés pour un chiffre d’affaires de 750 000 euros que nous réalisons pour l’instant uniquement en France. Nos clients sont de deux types : d’une part, les sociétés qui exploitent les parcs éoliens, donc de grands acteurs comme EDF Renouvelables ou Engie Green ; d’autres parts les fabricants d’éoliennes, comme Vestas, Enercon, Nordex, Siemens Gamesa, qui sous-traitent parfois la maintenance, parce qu’il n’est pas facile de trouver des gens compétents en composite qui peuvent travailler à 60 m de haut.
 
Quel profil ont justement les salariés de Plasteol ?
Pierre Le Joubioux:
Nous avons deux profils : d’abord des spécialistes du composite, que nous allons former au travail en hauteur, car avant d’œuvrer sur la partie strictement composite de la pale, il y a tout un travail de mise en place à faire en amont ; ensuite, à l’inverse, des gens qui viennent plutôt de l’éolien ou du milieu de la hauteur et qu’on va former au composite.

Le rachat par le Groupe Carboman vous a-t-il permis de créer des synergies ?
Pierre Le Joubioux: Oui, et ces synergies sont vraiment très importantes. D’abord parce qu’en termes d’image, quand on travaille avec des interlocuteurs qui sont de grands donneurs d’ordres, c’est un plus de faire partie d’un groupe de 180 personnes. Et, dans les faits, il y a beaucoup d’interactions dans différents domaines : la sécurité et la qualité, pour lesquelles nous avons mis en place au sein du groupe des plans d’action continus ; les process de travail, avec des gammes de réparation écrites en collaboration avec le bureau d’études de Multiplast qui assure une sorte de hotline. Il y a aussi la formation : Multiplast étant reconnu comme centre de formation, j’ai pu y mettre en place un parcours spécifique pour la maintenance de pales avant la saison. Et il y a des passerelles internes, puisque l’hiver – notre activité se déroulant d’avril à octobre -, les salariés de Plasteol vont travailler pour les autres sociétés du groupe.
 
Quels sont les axes de développement de Plasteol ?
Pierre Le Joubioux: Nous sommes en train de nous développer dans l’inspection de pales, c’est un gros volume sur lequel on se positionne. Nous démarchons aussi des parcs d’attractions, où on va retrouver la notion de travail en hauteur, pour des activités de maintenance que nous pourrions assurer l’hiver. Le vrai challenge est de trouver suffisamment d’activité pendant l’hiver pour pouvoir augmenter nos effectifs. Nous sommes d’ailleurs en phase de recrutement pour accompagner cette croissance.

More information https://multiplast.eu/fr/